Des nouvelles de l’océan !

32375184_1783987424957412_658998487450386432_o
Déjà 5 jours que nous sommes partis de Portland…

Nous avons d’abord passé deux jours sous spi dans une quinzaine de nœuds de vent histoire d’amariner tout l’équipage pas forcement hyper expérimenté sur ce type de canot… une fois que tout le monde avait pu prendre gout à la vie à bord d’un class40 nous avons pu aborder sereinement la queue d’une première dépression, au travers bâbord amure, synonyme d’une nouvelle organisation à bord, la vie penchée… le coté sous le vent pour circuler, cuisiner et tenter de faire sécher les cirés, le coté au vent sec et douillet pour travailler à la table à carte et dormir… 

Suite à une phase de transition hier, lundi, un peu plus longue que prévue nous nous sommes enfin laissés aborder par la dépression tant attendue qui devrait nous accompagner pour un joli bout de chemin…

Après une première nuit à « grande vitesse » sous GV haute et A3 nous avons pris un ris ce matin en prévision du vent prévu légèrement forcissant et refusant… cela a eu pour effet de soulager le bateau mais pas de le ralentir, la moyenne étant peut-être même légèrement au dessus…

Puis aujourd’hui en début d’après midi, alors que nous finissions tranquillement le repas et nous apprêtions à reprendre la routine des quarts… un claquement, le bateau qui se remet brusquement à plat et ralenti… pas le temps d’enfiler un ciré, je saute sur le pont et ne peut que voir la fin de la chute du spi,  » à la baille  »  comme on dit… Empannage en urgence pour arrêter le bateau . Ce ne fut qu’après environ une bonne demi-heure d’efforts que nous sommes parvenus à remonter notre fardeau à bord…

Bon bien sûr il est déchiré et il va nous manquer pour la suite du convoyage (je ne veux pas risquer le même sort au grand spi qui est tout neuf!) mais nous ne nous en sortons pas si mal ! J’étais pourtant persuadé que nous avions fait un nœud dans la quille mais non nous avons réussi à le remonter à bord ! 🙂  Les dégâts sont importants mais pas tant, la déchirure est nette et je suis sûr qu’il feront des miracles à la voilerie pour le remettre d’aplomb…

C’est l’émerillon entre la chaussette de spi et la drisse qui a cassé, peut-être que nous aurions dû changer un peu plus tôt pour le code 5 que nous portons maintenant mais à la barre, le bateau paraissait à l’aise avec cette voile… bref c’est toujours facile de refaire l’histoire après… c’est une pièce qui n’aurait jamais dû casser et certainement pas dans 22 nds de vent à 135°, certainement l’usure…

Voilà pour les nouvelles coté vélique, pour les marins, tout le monde va bien…

Philippe trouve le confort du bord un peu trop limité à son gout mais ne se plaint pas, il est content de vivre cette expérience et nous mijote régulièrement de bons petits plats, nous en avons besoin pour arriver en pleine forme à La Rochelle…

Rémy quand à lui prend ses quarts à heures régulières et vit cette expérience tous les sens en éveil, en tant que coach je le soupconne aussi d’analyser de près mon comportement, il va certainement passer tout cela au scan en rentrant pour pouvoir me débriefer au top afin que ce convoyage soit encore plus constructif pour la suite du projet…

De mon coté je découvre mille après mille mon nouveau compagnon de route et son potentiel surprenant… il y a beaucoup de bricoles à régler mais je suis tellement content de cette nouvelle monture ! je pense que l’on va pouvoir garder l’objectif initial en vue qui était de naviguer aux avants postes ! J’essaie par ailleurs de dormir beaucoup car la semaine de préparation à Portland n’a pas été de tout repos et il y a encore des restes de la Normandy channel race qui bien que courue dans du petit temps fut  une belle épreuve pour les organismes…

Enfin je profites de ces quelques lignes pour remercier tous mes partenaires qui me font confiance et sans qui rien ne serait possible… Ciril GROUP, SMW Autoblock, Métropole Grand Lyon, Dizisoft, CCI Nord Isère, tous les partenaires techniques et bien sûr l’association Ma chance moi aussi dont mon bateau porte désormais le nom…

J’espère vraiment que les 10000 milles qui me reste devant l’étrave avant l’arrivée de la Route du Rhum pourront porter un message de volonté et d’espoir à tous les enfants qui bénéficient du soutien de l’association pour leurs parcours éducatif…

Pour le moment je ne perds pas espoir d’être à l’heure à la Rochelle, c’est à dire dans la soirée du 28 au plus tard…

Meilleures salutations de toute l’équipe en mer à tous ceux qui contribuent au projet ou qui suivent l’aventure de près ou de loin !!! 

Depuis le sud des grands bancs de Terre-neuve 43°20N; 51°W entre 12 et 16 noeuds au 60° soit presque sur la route directe…il semblerait qu’à l’instant ou j’écris nous soyons suivi par un petit rorqual curieux…

A très vite,

Robin 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *