Passion
Né à Lyon en 1986 , Robin a tiré ses premiers bords pendant ses toutes premières années, sur le catamaran familial, un plan Warram. Marqué par cet épisode c’est tout naturellement que Robin se tourne vers la voile et à l’âge de 10 ans la décision est déjà prise, ce sera la mer et les bateaux! Progressant rapidement en naviguant sur tout ce qui flotte, Robin intègre d’abord le sport-étude puis le pôle France de Marseille en série Laser. Parallèlement il commence à enchaîner les compétitions en quillard de sport avec notamment plusieurs tour de France à la voile. La passion du large se fait alors de plus en plus sentir…

Technique                                                                                                                                                                                                                                  C’est à 20 ans qu’il commence en menant à bout plusieurs projets en Farr30, le monocoque du tour de France à la voile (régates d’entreprise, Route de îles…). Dès lors il commence à chercher des financements pour courir au large en solitaire mais naturellement moins enclin que pour la technique à bord en général, composite, gréement, électronique, mécanique… Robin enchaine les postes de préparateur et  au fil du temps se fait connaître pour ses qualités techniques et de bon marin. Il travaille alors sur différents circuits prestigieux  TP52, Melges24, Mini-Maxis… tour à tour technicien, navigateur ou responsable du bateau, son expérience s’ enrichie rapidement au contact de marins renommés. Début 2012, Robin rencontre Stéphan qui ,comprenant qu’il sera entre de bonnes mains, accepte immédiatement de lui prêter son bateau pour courir la Mini-Transat 2013.
Détermination                                                                                                                                                                                                                        Robin fréquente la mer et la haute montagne depuis très jeune, deux milieux à la fois éloigné mais aussi très proche de par ce que l’on peut y ressentir, de par les risques que l’on y prend. Apprendre à côtoyer ses limites sans les dépasser, apprendre à vivre un temps avec un risque permanent tout en mesurant les conséquences de chaque geste.Parfois à la limite de l’entêtement il a pris l’habitude de mener ses projets au bout coûte que coûte. C’est ainsi qu’il boucle sa première transatlantique, en solitaire et sans assistance en finissant la Mini Transat 2013 à la 13ème place du classement prototype.  A la fois initiation au grand large en solitaire et révélation, l’appel de l’océan est désormais permanent et Robin souhaite maintenant partager un beau projet avec les lyonnais. Qu’on se le dise, il ira jusqu’au bout…