By Robin

Bonne année et bonne nouvelle !

Toute l’équipe et moi même sommes heureux de vous présenter nos meilleurs vœux pour l’année 2021.

Je me tourne optimiste, déterminé et rêveur vers cette nouvelle année, avec l’envie farouche de continuer à partager mon bonheur et ma liberté de naviguer. L’année qui vient de s’écouler a été “un poil” compliquée pour beaucoup d’entre nous et je n’ai pas dérogé à la règle. Je suis donc particulièrement heureux de pouvoir vous annoncer que  Ma Chance Moi Aussi  voguera à nouveau d’ici peu !

Dans ce contexte je tiens à remercier chaleureusement l’ensemble des partenaires du projet de me faire à nouveau confiance pour porter leurs couleurs et ainsi me permettre de me projeter sur la saison 2021.

Aujourd’hui le bateau est encore en chantier pour deux bonnes semaines, il sera prêt à naviguer le 21 ou 22 janvier pour quelques navigations tests dans les Pertuis. Ensuite nous reprendrons rapidement le chemin de l’école lorientaise, pour deux mois d’entraînements intensifs avant de s’ attaquer à la traditionnelle première épreuve de la saison, la Solo Maître Coq  aux Sables d’Olonne. Le programme sportif  sera entièrement tourné vers l’objectif principal, la Solitaire du Figaro.

Techniquement j’ai les moyens de bien faire et plus que jamais l’envie de réaliser de belles choses sur cette course un peu folle ! En route pour 2021 !

Je vous souhaite à toutes et tous une très belle année.

Robin

En avant pour 2021 !

Hello,

Robin et son fils en Corse

Cette fois la saison 2020 est belle et bien terminée. Je suis rentré début octobre de quinze jours de vacances en famille. C’était prévu de longue date et après l’accident j’ai vraiment ressenti le besoin d’une vraie coupure. Nous sommes partis  en Corse tous les trois, c’était top, ça fait du bien après ces deux saisons en Figaro 3 qui ont été très intenses. Il y a bien eu le confinement en début d’année mais paradoxalement cela a plutôt rajouté pas mal d’incertitudes sur le projet et n’a donc pas réellement allégé la saison.

J’ai pu prendre un peu de recul sur ce qui s’est passé. C’est un vrai coup dur , très difficile à digérer. Le soutien des autres figaristes a été vraiment précieux. Forcément le premier réflexe c’est la culpabilité, quelques piliers du circuit m’ont appelé avant le départ de la troisième étape (que je ne prenais pas) pour me l’interdire totalement : “Robin c’est arrivé aux meilleurs, c’est comme ça, l’erreur est humaine, tu reviendras encore plus fort…” MERCI à eux ça fait vraiment du bien dans ces coups de temps, c’est tellement raide de voir autant d’investissements et d’énergies réduits à néant en quelques instants. L’ensemble de mes partenaires ont été vraiment supers aussi,                                                                                            dans une démarche de compréhension et d’accompagnement.

Block 8 Production 

Evidemment c’est impossible pour le compétiteur que je suis d’en rester là et il serait inconcevable de ne pas être présent à la Solitaire du Figaro 2021, j’ai montré sur les courses de début de saison que je peux bien faire sur ce circuit hyper exigeant, il n’y a donc aucune raison de ne pas y arriver sur la reine des courses en solitaire ! Evidemment cela décale un peu le programme puisque j’avais imaginé, après la Route du Rhum 2018, faire deux saisons en Figaro avant de reprendre des projets de courses plus au long cours pour la Route du Rhum 2022. Et bien ce sera trois ! Maintenant l’équipe est nettement plus structurée qu’en 2018 et à priori cela ne devrait pas nous empêcher de jeter les bases d’un beau projet pour 2022.

L’heure est donc à la reprise, il faut gérer l’avancement du chantier, il reste encore des incertitudes de ce coté

@Christophe Breschi

mais cela devrait se terminer fin novembre. Parallèlement l’objectif est d’être plus en avance que l’année dernière, idéalement j’aimerais que le budget soit bouclé et la saison 2021 programmée pour mi-décembre de manière à se concentrer ensuite sur la partie sportive jusqu’à la Solitaire sans se poser milles questions. L’idée c’est d’être dans les meilleures conditions possibles pour réussir un beau projet sportivement mais aussi (et surtout) que mes partenaires qui m’accompagnent depuis plusieurs années puissent être pleinement satisfaits sur le plan des retombées. Enfin nous travaillons d’or et déjà pour renforcer le projet pédagogique avec les enfants de Ma Chance Moi aussi.

Bref il y a du pain sur la planche mais nous vous tiendrons bien entendu informés de l’avancée du projet.

Pour terminer dans moins de trois semaines maintenant ce sera le départ du Vendée Globe alors je ne peux m’empêcher de m’imaginer au départ dans 4 ans, l’histoire commence maintenant … ensemble !

A très vite sur l’océan,

Robin

@Christophe Breschi

” La solitaire 2020 se termine pour Robin “

 

Malgré tous les efforts fournis, les dégâts à bord de Ma Chance Moi Aussi ne laisseront pas Robin repartir sur les deux dernières étapes de la Solitaire du Figaro 2020.

Une décision très douloureuse pour notre marin mais qui se révèle être la plus raisonnable pour sa sécurité et celle du bateau.

Il garde en lui les résultats prometteurs obtenus sur les courses précédentes et promet de revenir rapidement sur le circuit Figaro.

Robin nous livre le récit de sa mésaventure :

 

Cela a commencé par un accident, comme souvent c’est évidemment bête et il y a mille raisons de s’en vouloir mais on ne peut plus revenir en arrière. On fait un sport extrême ou on pousse très souvent notre corps aux limites de la machine humaine. Je me suis donc endormi au très mauvais moment, disons comme on peut s’endormir au volant. La côte anglaise est très proche du bateau et le pilote automatique enclenché en mode vent, cela ne pardonne pas et le bateau s’est donc retrouvé en très mauvaise posture, coincé entre deux cailloux, à marée descendante.

La situation me laisse alors entrevoir le pire, après un premier contact un peu paniqué avec la direction de course et un appel de détresse lançé via la VHF ASN, la froideur reprend le dessus et je décide de tout faire, méthodiquement pour sortir le bateau de cette mauvaise passe, chaque minute compte puisque la mer descend, la mer n’est pas trop formé mais suffisamment pour que chaque nouveau choc soit extrêmement violent.

 

Après avoir repéré d’abord visuellement puis sur la carte le meilleur chemin pour sortir, je comprends qu’il faut faire pivoter le bateau sur la gauche, j’essaye avec le moteur en marche arrière mais rien à faire, j’essaye ensuite de manœuvrer mon foil tribord qui à ce moment sert plutôt de pare-battage mais je me rapproche du caillou et le bateau ne pivote pas du tout… dernière solution je monte sur le rocher avec les deux pare battage que j’ai à bord pour tenter le tout pour le tout et éventuellement préparer le pire. De l’eau jusqu’à la taille je me rend compte qu’en poussant très fort sur le foil le bateau pivote enfin… je pousse alors vraiment de toute mes forces et remonte à bord in extremis par le foil, j’embraye en marche avant toute, après un dernier choc violent, je suis sorti !

Je regagne une zone en eau libre puis je commence l’inspection méthodique du bateau, à la demande de Francis Le Goff, directeur de course Wilfried de Kriter VIII (bateau accompagnateur) me rejoint à bord et nous passons le bateau au peigne fin. Après quelques inspections et une plongée pour observer la quille de plus près, cela ne parait pas si grave et je décide de rallier Dunkerque en convoyage pour réparer et prendre le départ de la 3ème étape.

Les premières heures sont très dures, je m’en veux tellement… mais rapidement mes adversaires me soutiennent via les ondes VHF. Il faut tenir bon, je décide de prendre soin de moi, manger, m’hydrater, soigner mon genou droit qui a souffert dans la bataille et bien sûr dormir.

Je ne peux pas communiquer avec la terre mais le message est passé via Kriter VIII. Pablo, mon préparateur organise la sortie d’eau et le début du chantier tandis que Yann Dubé du chantier PREPA NAUTIC est déjà en route depuis La Rochelle avec tout le matériel nécessaire…

Je rentre dans le port de Dunkerque vers 20h30 mardi soir et le bateau est sorti de l’eau à 22h. Nous constatons alors plusieurs enfoncements important sur la coque et les premières inspections structurelles sérieuses (et plus invasives) laissent entrevoir des dégâts bien plus important qu’imaginé.

Le matin le bateau est expertisé et nous imaginons en étroite collaboration avec le cabinet VPLP une solution de consolidation provisoire pour reprendre la mer samedi. Tandis que nous avançons sur cette solution les architectes font des calculs et en milieu d’après midi la sanction tombe. La solution ne permettra pas d’envisager une navigation à 100% et surtout ne saurait supporter un nouveau choc éventuel, même de moindre ampleur. Le cabinet VPLP se dégage donc logiquement de toute responsabilité, le constructeur Bénéteau et l’assureur vont suivre de manière tout à fait compréhensible.

A ce moment je me dis qu’il faut continuer la réparation de fortune et je naviguerai sous ma propre responsabilité, en bon marin, après tout on ne part pas non plus pour une transat et j’en ai vu bien d’autres !

Mais plus tard après un peu de repos et un peu plus de recul, cela s’impose à moi. A quoi bon repartir dans cette course tellement exigeante et déjà tellement dure en temps normal avec un bateau gravement blessé ? La réponse est évidente, un convoyage autour de la Bretagne ne m’intéresse pas, au vu de mes résultats cette saison ce n’est définitivement pas ce que je suis venu chercher sur la Solitaire. Je prends donc la décision, ferme et définitive en début de soirée, la solitaire 2020 est terminée, le bateau va rentrer à La Rochelle sur un camion pour envisager les réparations sérieusement, qui prendront du temps.

Repartir c’était aller à l’encontre de l’avis et de la bienveillance de tous, pour un résultat qui n’en valait pas la peine, cela aurait été plus orgueilleux que réfléchi.

L’issue n’est pas celle que nous attendions, mais je tiens à remercier sincèrement, mon équipe, PREPA NAUTIC, l’équipe d’organisation, les acteurs locaux à Dunkerque, tout le monde s’est mobilisé et y a cru. La solidarité des gens de mer n’est pas une légende mais une vraie réalité qui fait chaud au cœur même dans les moments les plus durs.

La situation initiale laissait entrevoir le pire mais j’ai réussi à sauver mon bateau et à le ramener au port en bon marin, c’est très dur et ça fait mal après tant de travail et d’investissement mais à part un choc au genou je suis en parfaite santé.

Il y aura d’autres courses et je profite aussi de ce mot pour adresser mille MERCI à mes partenaires qui ont été dans une démarche de soutien et d’accompagnement. Aujourd’hui c’est encore tôt mais on réfléchit déjà à la suite !

Merci aussi à tous pour vos centaines de messages d’encouragement.

A tous je vous fais une promesse, il va falloir un peu de temps mais je vais me relever et revenir (beaucoup) plus fort.

MERCI

Robin “

Ma Chance Moi Aussi prêt pour le chargement direction La Rochelle.

 

MARAIS Robin / Ma chance moi aussi